Entretien avec M. Affo Bôni ADJAMA, Directeur de Cabinet du ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise : « En tant qu’agent de l’Etat, il faut à la fin de la journée être fier d’avoir résolue un problème crucial, celui d’avoir permis à quelqu’un de boire de l’eau potable »

Dans le cadre de l’exécution du budget 2021, le ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise a été doté d’une ligne intitulée « Projet d’urgence de réalisation en régie des ouvrages d’eau potable en milieu rural ». Pour permettre de réaliser ce type de travaux, le département dispose d’une brigade mobile créée par arrêté ministériel datant de 2007, et logée au cabinet dudit ministère avec pour mission la réalisation des travaux d’urgence d’intérêt public en régie, dans le domaine de l’eau.

Afin de mieux connaitre cette structure, nous avons approché le directeur de cabinet du ministère de l’Eau et de l’Hydraulique Villageoise, M. Affo Bôni ADJAMA qui nous parle de cette brigade mobile, la politique du gouvernement avec la création de cette structure et son avenir.

Lisez plutôt :

Question : Parlez-nous de la Brigade Mobile ?

Les activités attribuées à la Brigade mobile, constituent une disposition que le ministère a prise pour pouvoir réaliser des forages d’urgence sur fonds propre du pays en appui aux projets public. Malgré la multitude de projets réalisés avec l’appui des partenaires techniques et financiers, il y a toujours de ces besoins qui s’expriment, qui ne nécessitent pas d’attendre les longues procédures d’appels d’offres. Il existe toujours des poches malgré que nous ayons des projets que nous réalisons où il faut rapidement agir pour soulager le besoin en eau potable des populations surtout rurales et démunies. C’est dans ce cadre-là que l’Etat a permis au ministère chargé de l’eau d’acquérir un certain nombre de matériel qui nous permet d’intervenir promptement pour pouvoir réaliser ces types d’ouvrages, principalement les ouvrages d’eau potable que sont les forages. La Brigade mobile comme son nom l’indique, elle est mobile, elle est au niveau central et intervient sur toute l’étendue du territoire. Avec l’atelier de forages de la brigade mobile nous réalisons des forages à moindre coûts et promptement. C’est d’ailleurs moins cher puisque l’ensemble de l’équipe de travail est constituée d’agents publics spécialement affectés pour ce boulot. Il suffit qu’il y ait un problème quelque part, qu’il y ait le besoin quelque part, on se mobilise rapidement et on va le résoudre ponctuellement et revenir. Ce n’est pas une entreprise, ce n’est pas une entreprise d’Etat. Les entreprises privées sont là pour faire tous les travaux à grande échelle. Mais quand c’est un travail d’urgence qu’il faut réaliser, le temps de faire toutes les formalités de choix d’une entreprise la mieux disant, et suivant les procédures de passation de marchés publics, le dégât est déjà causé. C’est dans ce cadre donc que l’Etat a permis à ce que le ministère lui-même dispose de ses engins pour pouvoir aller rapidement résoudre ces problèmes posés et sauver des vies humaines.

La brigade mobile est constituée non seulement de l’équipe de réalisation de forages mais aussi d’une équipe d’essais de pompage. Quand on réalise un forage, on doit s’assurer qu’il y a suffisamment de l’eau dedans. On doit s’avoir à quelle profondeur il faut installer la pompe pour extraire l’eau du forage. Celui qui va pouvoir dire que cette eau existe en quantité suffisante c’est bien l’équipe des essais de pompage. C’est elle qui nous détermine les débits d’exploitation des forages et la côte d’installation de la pompe pour qu’on ne vide pas le forage, pour qu’on dispose toujours de l’eau dans le forage. C’est également cette équipe qui prélèvera de l’eau à soumettre pour analyses afin de connaitre la qualité de l’eau à fournir aux populations. Si les analyses révèlent que l’eau n’est pas de bonne qualité, le forage est déclaré négatif car il donnera de l’eau impropre à la consommations humaine.

On doit encore mettre en place une autre équipe pour être complet ; c’est l’équipe qui sera chargée de réaliser les superstructures des forages. On doit aussi penser à ça car la construction des superstructures des forages actuellement réalisés est confiée aux PME dont le choix nécessite le respect des procédures de passation de marché qui risquent de prendre du temps avant la pose des pompes d’exhaure d’eau.

Question : quelle est la politique du gouvernement avec la création de cette structure ?

La politique du gouvernement c’est de ne laisser personne de côté en matière d’approvisionnement en eau potable. La Brigade mobile du ministère n’est pas créée pour rivaliser, ni prendre la place des entreprises dans le cadre de la réalisation de ces travaux qui constituent une priorité à nos plus hautes autorités aujourd’hui. Il y a des cas que nous trouvons urgent. Pour faire face à ces cas, il faut rapidement intervenir également en urgence. Supposons qu’il y ait une inondation quelque part, les populations sinistrées manquent d’eau potable, il n’y a pas de forage, on peut rapidement déployer le matériel pour aller réaliser en un laps de temps un forage et donner de l’eau à ladite population. On a déplacé les populations dans un lieu donné, rapidement on peut aussi intervenir. En dehors de ça, c’est que nous avons un taux de couverture assez large mais il subsiste toujours des poches. C’est des cas comme ceux-là qui nécessitent l’intervention rapide pour résoudre ces problèmes. Aujourd’hui, le ministère est doté d’un fonds pour pouvoir résoudre ces cas de problèmes.

 Il n’y a pas de concurrence entre un service étatique comme la brigade mobile et les entreprises privées. L’Etat a l’obligation de faire faire des travaux certes mais on ne peut pas faire faire pour tout. Actuellement, le ministère a attribué beaucoup de marchés de réalisation de forages liés à plusieurs projets qui sont en cours d’exécution, par des entreprises de forages. La dotation d’une ligne budgétaire relative aux travaux d’urgence par l’Etat, c’est juste comme je l’ai dit plus haut, venir en urgence régler des problèmes ponctuels pour pouvoir permettre aux populations de s’épanouir.

Quels sont les projets et le taux de réalisation des ouvrages hydrauliques par la Brigade mobile dans l’atteinte de la feuille de route du gouvernement dans le secteur de l’eau ?

Les réalisations des ouvrages faites par la brigade mobile viennent plutôt renforcer ce que les projets de grande envergure réalisent. De tout ce que nous avons eu comme financement cette fois ci, nous avons en principe à réaliser au moins une centaine de forages sur toute l’étendue du territoire au cours de l’année 2021. Les travaux ont démarré très tard. C’est-à-dire le temps de se mobiliser, mettre en vigueur le financement, ça a démarré en fin mars-avril. Et juste vers le mois de mai-juin, nous sommes déjà en période de pluies. Donc, on n’a pas pu aller à la vitesse supérieure mais nous avons déjà réalisé plus d’une trentaine de forages. La grande période de réalisation arrive. Fin septembre, début octobre, novembre, décembre, là, c’est le moment propice de réalisation des forages. Nous disposons encore de temps pour pouvoir faire le maximum avant la clôture budgétaire. On s’est organisé en conséquence. Aujourd’hui, sous l’impulsion du ministre et avec l’organisation qui est mise en place, malgré le démarrage assez timide observé ces derniers temps dû à l’avènement de la saison des pluies qui freine un tout petit peu les élans nous avons espoir de pouvoir faire le maximum du travail assigné à cette brigade pour le bonheur des populations concernées par les ouvrages programmés. 100 forages réalisés par la brigade mobile c’est en moyenne 25000 personnes qui seront desservies en eau potable ce qui est très significatif.

Aujourd’hui, nous disposons de tout. Ce qui a été mis à la disposition du ministère pour faire face à ça est presque tout acquis. Nous avons les tuyaux, plus d’une centaine de pompes. Nous avons commandé tout récemment tout le matériel pour faire les essais de pompage. Donc, c’est toute une équipe tout le long pour pouvoir faire le travail. Mais c’est une brigade mobile, elle n’est pas dotée de 50 machines, c’est juste une seule machine de forage, une équipe de 6 ou 7 personnes qui sont autour.

Quel est l’avenir de la brigade mobile ?

L’avenir de la brigade mobile ! il faut lutter pour le pérenniser. Parce que ça résout des problèmes tels que je l’ai dit ; ça nous permet d’être en phase avec les besoins de la population. Les gens viennent tout le temps demander qu’ils ont un besoin en forage à un endroit ou encore à un autre. Donc, si on a toujours ces moyens au niveau du ministère, on peut rapidement faire face à toutes ces demandes. Le souhait pour nous, c’est que ça puisse se pérenniser, qu’on parvienne à trouver les moyens de pouvoir entretenir tout ce matériel-là de temps à autre pour qu’on soit prêt pour réagir promptement quand le besoin se fait sentir. Son avenir, nous pensons que c’est un acquis à pérenniser parce qu’on doit pouvoir continuer à répondre aux préoccupations des populations surtout démunies. Il faut que ça continue. Les gens vont passer, il faut que la brigade continue par exister. La brigade mobile a été mise en place par arrêté ministériel pris en 2007.Ça avait fonctionné mais le matériel d’antan étant vétuste ça n’a pas fait long feu. Cette fois- ci le ministère s’est doté du matériel assez neuf qui est maintenant en train d’être utilisé sur le terrain pour pouvoir réaliser des forages. Je pense qu’avec ce matériel neuf, les maintenances et les entretiens qui vont suivre, cela devrait aller. La brigade mobile n’est pas une entreprise commerciale pour L’Etat. L’Etat ne le réalise pas pour se faire de l’argent et pire encore pour en faire des bénéfices comme les entreprises du domaine. Non, c’est plutôt pour résoudre le problème de disponibilité d’eau partout où le besoin se fait sentir, en même temps et promptement. Il lui faut surtout la réactivité. Donc, on a intérêt à ce que cette brigade mobile résiste, parvienne dans le temps à pouvoir résoudre de ces problèmes. On a intérêt.

Votre mot de la fin :

Le mot de la fin, s’il faut que je le dise, c’est premièrement ceci :

La brigade mobile, ça donne un peu la visibilité au ministère. La vision du ministère, c’est de donner de l’eau partout où besoin sera. En dehors des projets comme je l’ai dit plus haut, il faut qu’il y ait une réactivité prompte dès que nous constatons un souci de manque d’eau. C’est de tout faire comme nous l’avons dit, et faire en sorte que ce matériel soit disponible en tout moment, qu’il soit en bon état à tout moment pour qu’on parvienne à faire face à tous les problèmes de manque d’eau potable des populations.

Il faut aussi conscientiser les opérateurs. Ceux qui travaillent dans cette brigade mobile doivent comprendre qu’ils ne sont pas une entreprise mais c’est des agents de l’Etat qui ont des salaires mais qui interviennent là-bas pour sauver les vies humaines, pas pour se faire de l’argent mais c’est pour pouvoir résoudre un problème ponctuel.

En tant qu’agent de l’Etat, il faut à la fin de la journée être fier d’avoir résolu un problème crucial, celui d’avoir permis à quelqu’un de boire de l’eau potable. C’est même une bénédiction de donner de l’eau potable à quelqu’un.

Le ministère de l’eau a la charge de s’assurer de la bonne qualité de réalisation des travaux par les entreprises, à ce titre nous nous devons de faire mieux pour servir de bon exemple. On a intérêt à bien faire. Nous devons bien faire pour que les autres puissent s’en inspirer.

Interview réalisée par la Rédaction

Innovafrica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.